disputes entre frères et sœurs

Disputes entre frères et sœurs : 5 conseils pour mieux les gérer !

Qu’on se le dise afin de dissiper les inquiétudes : les chamailleries, c’est normal ! La rivalité et les disputes entre frères et sœurs font partie des relations fraternelles. Elles permettent de s’affirmer et de se différencier. Selon certains spécialistes, ces comportements seraient même indispensables à la bonne construction psychique de l’enfant. Mais, cela n’est évidemment pas une raison de les laisser en guerre ! Quand les disputes deviennent fréquentes, ça peut en effet envenimer les choses et déboucher vers des situations plus sérieuses.

Que peut-on alors faire pour que les disputes soient moins fréquentes et que vous n’ayez pas à intervenir à chaque fois ? 

Pour vous éclairer, Kidlee partage avec vous  5 conseils qui vous aideront certainement à mieux gérer les disputes entre frères et sœurs ! 

Occuper les enfants avec des jeux et activités ludiques :

C’est bien connu, l’ennui est souvent une source d’agacement, d’irritabilité et donc de disputes. Surtout, en cette période de confinement où les enfants ont beaucoup trop de temps à passer entre 4 murs ! Afin d’éviter les disputes et chamailleries, il est important d’occuper les enfants avec des jeux et des activités qui favorisent le partage, la complicité et l’entraide. Si vous êtes à court d’inspiration, il existe de très bonnes ressources, riche en contenus divers pour occuper les enfants et accompagner leur développement. Ainsi, au lieu de faire les difficiles, les enfants se divertiront ensemble tout en apprenant plein de nouvelles choses !

Faire diversion pour calmer les disputes entre frères et sœurs :

Tout comme pour les caprices, il n’y a rien de mieux que de détourner l’attention d’un enfant pour le calmer et le faire passer à autre chose. Vous pouvez donner une tâche différente à chacun des enfants. L’un peut ranger les jouets avec papa, pendant que l’autre met la table avec maman par exemple. Vous allez être surpris de voir comment l’enfant va vite oublier la chamaillerie et s’affairer à sa nouvelle mission. 

Intervenir quand il le faut  : 

On distingue généralement 3 degrés de conflits chez les enfants : les chamailleries, les disputes et les conflits violents. Le comportement à adopter dans ces situations diffère d’un cas à un autre. Mais, il est important de savoir que vous n’avez pas à intervenir à chaque fois.  

Dans le cas où votre intervention s’avère nécessaire, il y a deux choses primordiales à prendre en compte : la neutralité et le fait de garder son calme.

En cas de dispute, il est en effet primordial de rester neutre et de ne pas prendre parti afin qu’aucun des enfants ne se sente frustré. Garder son calme en jouant le médiateur est aussi un comportement très important à adopter afin de ne pas envenimer les choses en y ajoutant un stress supplémentaire. 

Gérer les chamailleries : 

Ces petites prises de becs sont généralement légères et passagères. Il n’est donc pas nécessaire d’intervenir. Il est préférable de laisser les enfants gérer et résoudre leur conflit entre eux afin de trouver une solution et un terrain d’entente. Cela va leur permettre d’apprendre à être plus autonomes, responsables et aptes à trouver des solutions sans aucune aide extérieure. 

Les disputes entre frères et sœurs : 

Quand les enfants n’arrivent pas à être d’accord, cela veut dire que la dispute est plus longue et plus profonde qu’une simple chamaillerie. C’est donc à vous d’aider à trouver une solution en arborant le rôle de médiateur. 

Dans un premier temps, il faut arrêter  la dispute en décrivant la situation : ‘’ je constate que vous n’êtes pas d’accord….’’  Demandez ensuite à chacun de raconter ce qu’il s’est passé.  Cela doit se faire à tour de rôle et sans que l’interlocuteur ne soit coupé lors de sa prise de parole. 

Après avoir cerné le problème, résumez la situation avec vos propres mots et encouragez ensuite les enfants à trouver une solution qui convienne à tout le monde. Tentez de suggérer des solutions et appuyez cela en soulignant votre confiance en eux et en leurs capacités de réflexion. Vous pouvez alors responsabiliser les enfants en les laissant gérer la situation avec calme et plus mûre réflexion. 

Les conflits violents : 

Quand une dispute prend une tournure violente, il est primordial de faire un rappel des règles. Et ce, en affirmant qu’il est interdit de mal agir ou de se faire du mal. 

Demandez ensuite aux enfants, d’aller se calmer ou se défouler, chacun dans son espace avant de se poser pour en parler et trouver une solution, ensemble. Ils peuvent aller discuter avec leur doudou ou encore faire une activité apaisante et expressive comme le dessin. 

Une fois les concernés calmés, réunissez-les et expliquez le déroulement des choses : 

‘’ on va réfléchir afin de trouver une solution qui soulage tout le monde. Mais avant cela, chacun va me raconter ce qu’il s’est passé. N’oubliez pas qu’on ne doit pas couper la parole de l’autre. ‘’  

Ecoutez ensuite la version de chacun sans interruption et n’hésitez pas à noter les ressentis de chacun. 

Demandez aux enfants de suggérer des solutions. Une fois cela fait, on écarte les suggestions qui ne sont pas réalisables afin de garder celles qui conviennent à tous. 

Pour trouver un terrain d’entente final, aidez les enfants à choisir la solution qui les arrange en précisant que vous suivrez de près le déroulement des choses à ce sujet.

Positivez avec de bons souvenirs 

Il est toujours bon d’apaiser les tensions après une dispute. Pour ce faire, positivez en rappelant aux enfants de bons souvenirs et moments partagés ensemble : “ tu es en colère contre Juliette mais hier vous avez passé un super moment en construisant votre château de cartes ! ‘’ 

N’hésitez pas également à exprimer votre contentement en les voyant reprendre leurs activités et s’amuser ensemble : ‘’ quelle joie de vous voir jouer dans le calme et sans cris !’’

Montrer l’exemple pour éviter les disputes entre frères et sœurs  : 

Afin que les disputes ne deviennent pas une routine, il est important de bien montrer l’exemple au quotidien. On évite donc les disputes et chamailleries d’adultes devant les plus jeunes. Préférez l’échange à l’écart des enfants et parlez-en entre vous. Ainsi, les enfants ne risquent pas de vous imiter en reproduisant le conflit. Les disputes ne doivent pas être une chose banale à leurs yeux. 

Et vous ? Quelles sont vos astuces pour gérer les disputes entre frères et sœurs ? Dites-nous tout en commentaire !