Comment gérer les caprices de l’enfant ?

gérer les caprices de l'enfant

Comment gérer les caprices de l’enfant ?

Ah les caprices … Décidément, le passe-temps favori des enfants ! Vous êtes au supermarché, votre enfant veut un jouet ou des bonbons. Vous dites non, et c’est le drame ! Pleure et cris s’ensuivent. Parfois même, des acrobaties et roulades en tous genres. Ne vous inquiétez pas. Ceci est tout à fait normal. Rares sont les enfants qui ne font pas de caprices, très rares même. Dans ce type de situation, les parents se retrouvent parfois à bout de ressources et finissent souvent par céder pour ne pas rendre triste bébé ou pour que la situation se calme. Très mauvaise idée. Plus vous céderez, plus votre enfant montera en puissance côté caprices ! Pour éviter que cela se produise, voici quelques conseils qui vous aideront certainement à gérer les caprices de votre enfant tout en lui évitant une quelconque frustration.

Pourquoi fait-il des caprices ?

En grandissant, l’enfant comprend qu’il est de moins en moins le centre de l’attention. Pour attirer les regards de son entourage, il essaye donc, tous les moyens à sa disposition. Et les caprices, représentent bien évidemment son ultime atout ! Chez l’enfant, le caprice est aussi un moyen de s’exprimer, d’évoluer et de s’affirmer. Il est tenté et il ressent en effet, un besoin instinctif de découvrir et d’expérimenter. Quand il est coupé dans son élan, c’est tout à fait normal qu’il riposte, car c’est un moyen pour lui de s’imposer. Si vous résistez aux premiers caprices, il réessayera, mais sans trop insister, car il comprendra que c’est peine perdue. 

Pour gérer ses caprices et l’accompagner dans cette période d’évolution, il est aussi essentiel de cerner la source de sa frustration afin de trouver le meilleur moyen d’y remédier.

Cependant, si toutefois les caprices sont incessants et les crises agressives, il serait plus judicieux de solliciter l’avis d’un spécialiste. Et ce, afin de connaître la réelle source du problème et soulager au mieux votre enfant.

On prévient les caprices pour mieux les gérer

Il y a évidemment des situations classiques durant lesquelles, tous les enfants font des caprices. La télé ou les jeux avant le coucher, les sorties au supermarché ou encore au parc … Dans ces situations, il est primordial d’anticiper les caprices en préparant le terrain et en mettant les règles en place avec fermeté. Par exemple, on prévient l’enfant qu’il lui reste 5 minutes de jeux ou de télé avant d’aller dormir sans rouspéter. Au parc, on souligne qu’il aura droit à un passage par manège et pas plus. Dans les magasins, on le prévient qu’on est là pour faire des courses et non pour lui acheter des jouets ou des bonbons. Il sera ainsi prévenu et connaîtra l’issue s’il n’en fait qu’à sa tête !

On évite de s’énerver ou d’hausser le ton

Lors d’un caprice, il est primordial et important de ne pas s’énerver ou s’emporter contre l’enfant. Et ce, même s’il exagère. Si cela se produit, l’enfant ne retiendra que votre réaction et le ton que vous aurez employé. Il se sentira ainsi victime de votre colère et n’en sera que plus frustré.

Pour gérer au mieux les caprices, il est nécessaire de garder votre calme. Surtout, si le caprice se passe en public. Vous pouvez, dans cette situation, vous excuser auprès des passants si la crise de votre enfant est importante. Cela, lui montrera, dans un premier temps, que ce qu’il fait est mal et que ça a impact sur les gens. Ça lui montrera également, qu’il n’a pas à se servir de l’audience pour essayer d’avoir ce qu’il veut.

Restez ensuite très ferme avec l’enfant en lui expliquant qu’il n’aura pas ce qu’il veut, car ce n’était pas prévu au programme. Ou que ce n’est pas le moment. Vous pouvez ensuite le faire passer à autre chose afin qu’il ne campe pas sur ses positions : “ tu n’auras pas de jouet, mais tu pourras choisir les biscuits du goûter “. Il sera rapidement occupé avec sa nouvelle mission et oubliera son caprice !

En somme, s’énerver ou crier ne sert à rien. Car, le cerveau de l’enfant n’est pas encore apte à comprendre certaines réactions telles que la colère lorsqu’il a, à ses yeux, juste demander quelque chose.

On communique et on explique clairement les choses

La communication est l’arme décisive contre les caprices. Quand un enfant fait une crise, le plus simple est de lui expliquer clairement le pourquoi vous ne pouvez pas donner suite à sa demande. En effet, en situation de caprice, un non ne suffit pas. Il faut lui expliquer fermement qu’il n’aura pas gain de cause, car “ acheter un jouet, n’est pas sur la liste des courses.” “ Qu’il doit aller se coucher, parce que maman ou papa a dit que c’était le moment. Et que s’il ne le fait pas, il ne sera pas en forme pour être le meilleur à l’école le lendemain.” Quand on lui dit “non”, l’enfant doit surtout assimiler le fait qu’il ne puisse pas avoir tout ce qu’il veut quand il le veut. Et notamment, lui faire comprendre fermement que ce n’est pas lui qui tient les rênes.

On contourne le caprice en faisant diversion

La diversion est, sans conteste, la technique qui marche le mieux pour éviter qu’un enfant reste crispé. Détourner son attention vers une autre quête l’occupera rapidement et lui fera oublier la source de ses tourments.

Après lui avoir calmement expliqué pourquoi vous avez dit “non”, on contourne donc le caprice en lui attribuant une mission ou, tout simplement, on lui parlant d’autre chose. Eh oui, l’attention d’un enfant peut très vite être détournée si on pose les bons sujets sur la table ! Vous pouvez, par exemple, parler de vous à son âge. Les enfants adorent écouter les histoires de leurs parents quand ils étaient dans la même situation qu’eux. “ Tu sais, à ton âge, moi aussi je voulais … mais grand-père m’a dit que je serais punie si je ne restais pas tranquille…” Vous pouvez également lui poser une question qui n’a rien à voir, mais qui attisera sa curiosité. Il se lancera ensuite dans une belle réflexion pour trouver la réponse et vous impressionner !

Si le caprice se passe à la maison, a cause de la télé ou autres écrans, ce qui est très courant, proposez à l’enfant des activités plus amusantes et ludiques à la place. Il ne sera certainement pas contre de nouvelles aventures!

On oublie pas de montrer l’exemple pour mieux gérer les caprices d’un enfant à l’avenir 

On ne vous apprend rien, les premiers exemples de l’enfant sont ses parents. Il apprend de vous, de votre façon de parler, de réagir et de vous comporter. Et, montrer l’exemple, est la meilleure manière d’éviter les caprices à l’avenir. Du moins, faire en sorte qu’ils soient gérables et pas excessifs. Pour ce faire et à chaque moment en sa présence, il faut éviter de crier, de s’énerver ou de rouspéter devant un enfant. Que cela soit avec un serveur désagréable, à la poste ou autres, on essaye de toujours garder son calme quand il est dans les alentours. Car, votre comportement justifiera souvent celui de votre enfant plus tard.


Laisser un commentaire